Pierre Innocenti, ce surfeur tombé au Bataclan

2017-11-15

Il y a tout juste deux ans, Pierre tombait sous les balles au Bataclan. Il avait 40 ans.
Par Marc-Antoine Guet - @surfsessionmag

Il existe des wipe-out dont malheureusement on ne se relève jamais. Celui qu'a connu Pierre Innocenti le 13 novembre 2015 fait partie de ceux-là. Ce soir-là, en compagnie de son cousin et associé Stéphane Albertini, Pierre se rend au Bataclan comme de nombreuses autres personnes pour assister au concert des Eagles of Death Metal. Comme 130 autres personnes, Pierre tombera sous les balles des terroristes.

À 40 ans, Pierre était patron d'une pizzeria à Neuilly-sur-Seine. Mais surtout, Pierre était surfeur. Un fan de sports de glisse, lui qui pratiquait le snow quasiment à un niveau pro. Skate, snow, wake et donc surf, Pierre était complètement accroc à tous ces sports. Jean-Philippe Braconnier, son ami d'enfance nous raconte : "Nous nous sommes rencontrés à Biarritz à la fin des années 80, Pierre devait avoir 15 ans et le contact est tout de suite passé".

En plus de surfer en France, les deux amis ont décidé un jour de sortir de leur zone de confort et partir découvrir le monde. "Avec Pierre nous étions à peine majeurs et déjà, le monde nous démangeait". Les deux compères s'envolent donc pour l'Indonésie, pour une expérience incroyable. "À l'époque, à Bali, Kuta n'était qu'une petite rue. Pareil à Lagundri, sur l'île de Nias". Nul doute que là-bas, les deux amis se sont calés des sessions de rêve. Un voyage qui a formé leur jeunesse. "Ce qui peut paraître facile aujourd'hui avec la démocratisation des voyages, l'était beaucoup moins à l'époque. C'était réservé soit à l'élite soit à des assoiffés d'aventures extrêmes".

À leur retour, Pierre et Jean-Philippe parcourent plusieurs fois le monde en quête de nouvelles vagues. Maldives, Costa Rica, Maroc, Mentawai, Brésil, Nicaragua... "Après ce premier voyage, le monde nous appartenait. Pour nous, il n'avait plus aucune limite". Avant de perdre la vie le soir du 13 novembre, Pierre venait de se mettre au kite et au parachutisme, ses dernières passions. Sans toutefois oublier le surf. "Je crois que ce qui attirait Pierre, c'était l'infini... L'océan, les montagnes, le ciel sont les mots qui le décriraient le plus. C'est ce qui le rendait si attirant". Une personne qui comme toutes les autres victimes ce soir-là, ne méritait pas ce qui lui est arrivé. "Son côté impalpable, combiné à sa gentillesse et sa générosité sans limite faisait de Pierre l'être le plus incroyable que je n'ai jamais rencontré".

En ce jour si particulier, Surf Session tenait à lui rendre hommage, ainsi qu'au 130 personnes décédées ce vendredi 13 novembre 2015.